Celles de la rivière de Valérie Geary

 

414sEWuhWSL._SL160_

Voilà un roman dont le début semble un peu étrange, hors du temps. On met quelques pages à comprendre de quoi il est question, le contexte. Pourtant une fois que l’on a mis le nez dedans, on ne peut plus s’arrêter. Une ambiance bien particulière, un meurtre, des enfants qui cherchent leurs marques après le décès de leur mère et le début d’une vie nouvelle.

Les personnages principaux sont attachants, le contexte de vie l’est aussi, une belle nature, les ruches, les abeilles, le miel, la vie dans un tipi dans une prairie.

Mais attention derrière tout cela, une enquête afin d’innocenter Ours, le père qui vit en marge du village, et qui est jugé par les habitants.

Et oui, pas facile de paraître innocent lorsque tout vous désigne comme coupable, pas facile de ne pas être regardé de travers lorsque vous ne vivez pas comme tout le monde.

Sam et Ollie connaissent elles suffisamment leur père pour le croire innocent?

Une touche d’ésotérisme donne à l’ensemble un bel intérêt.

Un très sympathique roman qui sort des sentiers battus, un regard différent. 

Merci à L&p Conseils ainsi qu’aux éditions Mosaïc.

« Chère Sam,
Il y a tant de choses que je voudrai te dire sur ce qui s’est passé, mais »
Le dernier mot de terminait par une rature comme si quelqu’un avait heurté son coude, faisant glisser le stylo.

Résumé:

La femme qu’emporte la rivière Crooked flotte entre deux eaux. Sur la rive, deux fillettes qui jouent dans l’après-midi ensoleillé. Elles sont les premières à découvrir le corps et, soudain, leurs jeux cessent. Leur enfance bascule dans la dureté du monde des adultes. La veille, leur père les a laissées seules suffisamment longtemps pour qu’elles puissent le croire coupable de meurtre. Pour ne pas le perdre, comme elles ont perdu leur mère quelques semaines auparavant, elles décident de mentir sur son emploi du temps… et resserrent bien malgré elles les mailles du soupçon autour de lui, le livrant en pâture à une petite ville dont les préjugés et les rancunes lui laissent peu de chances…

A travers les yeux et les pensées de Sam, juste entrée dans l’adolescence, et de Ollie, encore enfant et qui s’est enfermée dans le silence, Valerie Geary mène son lecteur dans une enquête tissée de secrets, de mensonges, de semi vérités et d’adieu à l’enfance. A la tension générale de l’intrigue et à l’atmosphère, qui doit beaucoup à la superbe présence de la nature, s’ajoute les voix d’esprits bienveillants qui guident les fillettes dans leur quête de vérité.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s