Le chant des revenants de Jesmyn Ward

Voici un roman qui m’a beaucoup touchée, je suis tombée en amour pour le jeune Jojo, 13 ans et pas une vie de rêve.

L’auteure alterne les points de vue, mais nous passons la plupart du temps avec Jojo, un garçon tellement touchant que j’ai eu tout du long envie de le rencontrer et de le rassurer, lui qui prend soin de sa petite sœur Kayla, une enfant fragile et tellement attachée à son grand frère. Leur mère Léonie, est une maman perdue, elle voudrait être une bonne mère mais elle se laisse vite emporter dans la magie du crack, on en connaît tous les conséquences… Le père Michael est en prison, il n’est pas le père parfait non plus, heureusement que les parents de Léonie sont là pour pallier cette situation et élever les enfants. Jojo les aime fort ses grands-parents, on le sent, d’ailleurs, eux aussi on a envie de les rencontrer, de les aider dans leurs tâches quotidiennes.

Une lecture qui touche mon cœur de maman, que j’ai trouvée poétique malgré cette négligence envers les enfants qui m’a fait bouillir à chaque page, Léonie, lorsqu’elle est racontée par Jojo mérite des gifles, cet enfant la ressent comme une génitrice sans plus, pourtant lorsque c’est Léonie qui prend la parole, on ressent de l’empathie pour elle, on comprend que tout n’est pas toujours si simple.

Une alternance des sentiments qui m’a faite vibrer tout au long du livre. Une histoire dans laquelle il faut le dire, il ne passe pas grand-chose, on suit un morceau de vie de cette famille que l’on voudrait effacer d’un coup de gomme et réécrire… Pourtant on s’attache à cette lecture, on ne veut pas abandonner Jojo. Ce garçon aime les histoires que lui raconte son grand-père, il cherche à s’évader de cette vie sans grand intérêt, il aimerait ressembler à son papy, il admire sa stature, sa patience, son savoir.

Pour finir cette chronique, je vous propose de découvrir un de ces moments que j’ai trouvé tellement touchant:

KAYLA A FAIM. Je le sais parce qu’elle n’arrête pas de pleurer, parce que dès qu’on repart elle se roule en boule, elle s’arc-boute et elle donne des coups de tête dans son siège. Et elle braille. Je sens qu’elle va mal. Son ventre la fait souffrir. Elle a besoin de le remplir, alors je la détache et je l’assois sur mes genoux, mais ça n’aide pas. Elle crie un peu moins fort, un peu moins aigu et perçant. La douleur s’émousse. Mais elle continue à balancer la tête dans ma poitrine, et son crâne est fin comme mes os, contre la pierre où mes côtes fusionnent, un crâne aussi facile à briser qu’un bol de porcelaine. Léonie a posé ses plantes entre elle et Misty sur l’accoudoir, et à chaque minute, à chaque kilomètre, les feuilles de ronce sont un peu plus fripées, les racines filandreuses, et la terre en dégringole par paquets. Kayla grogne et pleure. Je ne veux pas que Léonie lui donne de ça. Elle croit que c’est la chose à faire mais elle n’est pas Mamie. Ni Papy. Elle n’a jamais rien soigné ni fait pousser de sa vie, et elle ne sait pas.

Résumé:

Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines. Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…  

Publicités

5 réflexions sur “Le chant des revenants de Jesmyn Ward

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s