La Confrérie des Mages d’Emmanuelle Ferré

Avis à tous les fans de fantasy, de saga magico-médiévale : ce roman est une tuerie. 557 pages… Même pas peur !

rhdr

Franchement, ça faisait longtemps que je n’avais pas été à ce point transportée par un univers. J’ai lu Eragon, il n’y a que quelques mois et je n’ai pas plus accroché que cela, j’ai trouvé l’univers riche mais les actions finalement rares et le roman plutôt longuet. Ici, c’est tout l’inverse. Emmanuelle Ferré nous propose un roman fort, addictif et tellement dépaysant. J’ai été passionnée dès les premiers chapitres et je viens de passer le week-end à chercher la moindre dizaine de minutes pour savoir ce que deviendraient Lera, Graham et Alistair.

On retrouve, dans le premier tome de cette saga, tous les éléments qui fonctionnent dans la fantasy : un héros à initier, des pratiques magiques, un royaume vaste, des dangers réels, des quêtes d’identité, mais sans jamais se dire au cours de la lecture, que c’est du déjà vu.

Les personnages sont tous intéressants et semblent être une réserve de secrets, de caractéristiques qui pourront enrichir les deux prochains tomes. Lera est une jeune fille attachante, âgée d’à peine douze ans mais au Moyen-âge, ce qui implique d’autres réalités qu’à notre époque. Son tempérament de feu, sa noblesse d’âme, sa soif d’apprendre font d’elles une héroïne à la fois humaine et parfaite que nous avons plaisir à suivre, pour apprendre en même temps qu’elle, la vérité sur son origine. Mais elle n’est pas le seul personnage intéressant. Alistair est tout simplement fascinant, d’autant plus qu’à la fin de ce premier tome, nous ne savons que peu de choses sur sa véritable nature. Les autres mages construisent un personnel bigarré, attachant et souvent drôle autour de nos deux héros, que l’on sait rapidement destinés à s’aimer.

Les scènes d’apprentissages de maîtrise des forces occultes sont riches et, si elles sont nombreuses, elles ne sont jamais répétitives, ce qui constitue un vrai tour de force de l’auteure. Les passages de voyage des personnages sont également passionnants : aucun temps mort, chaque étape est une occasion de s’exercer, d’apprendre sur soi, sur la nature, sur les autres. Quant aux scènes de bataille, je les ai trouvées superbes, de vrais moments épiques où ça part dans tous les sens, où l’on doute de l’issue du combat, où l’on vit les choses. Vous savez, ces moments pendant lesquels on ne peut absolument pas décrocher de sa lecture.

J’ai bien adhéré au style d’écriture que j’ai trouvé travaillé mais fluide. L’intrigue est menée de mains de maître. On a des intuitions, qui, pour ma part, se sont révélées assez justes, mais je suis encore loin de connaître le fin mot de l’histoire. L’avenir est encore bien sombre pour nos héros et s’il y a des messages d’espoir, de futur prometteur, l’énigme est encore insaisissable. Franchement, je viens d’achever ce premier tome et je suis déjà en train d’organiser mes prochaines lectures de façon à pouvoir me lancer dans le second opus le plus rapidement possible.

Je remercie chaleureusement Emmanuelle Ferré et les éditions Amalthée de m’avoir envoyé ce roman et de m’avoir invitée à découvrir cet univers envoûtant que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher. A tous les fans du genre, n’hésitez pas, foncez !!! Ce roman gagne à être connu, je l’imagine même parfaitement en film un jour…

Quatrième de couverture :

Les habitants de la contrée indépendante des Bocages Mauves mènent une vie paisible jusqu’’au jour où ils doivent faire face à d’’étranges disparitions.
Sachairi Correnaigh, l’’Administrateur qui dirige cette contrée, comprend très vite que les responsables de ces méfaits ont recours aux forces occultes employées traditionnellement par les Mages. Sans hésiter, il fait appel à la Confrérie des Mages, une organisation veillant à ce que la pratique des forces occultes se fasse dans le respect des populations. Sachairi est alors loin de se douter que toute cette agitation n’’est que le préambule d’’un conflit bien plus grave qui va mettre en péril la contrée mais aussi le royaume voisin de Tanera. Et contre toute attente, les membres de la Confrérie vont découvrir que Lera, sa fille âgée de douze ans, possède des dons particuliers. Pour Lera, c’’est le début d’’une aventure qui la mènera aux confins du royaume de Tanera auprès des Mages. Au cours de son apprentissage, la jeune fille sera amenée à faire des découvertes sur l’’origine même de leurs pouvoirs ainsi que sur son passé mais par-dessus tout, ses dons seront la clé d’’un rassemblement qui permettra de faire face à une guerre menaçant tout un peuple.

Chronique du tome 2 ici : https://livresque78.wordpress.com/2019/08/05/la-confrerie-des-mages-tome-ii-les-manuscrits-dewenlod-demmanuelle-ferre/

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)

Publicités

2 réflexions sur “La Confrérie des Mages d’Emmanuelle Ferré

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s