Le destin de Marie de Marie de Palet

Marie de Palet nous narre dans ce très beau livre l’histoire de son homonyme, Marie, une jeune femme laissé aux soins de l’assistance publique, pensant avoir trouvé le bonheur auprès de la famille chez qui elle a été placé, le destin de Marie va être bouleversé.

Un roman qui bien que profond et sincère reste pudique, on devine que cela traduit le caractère de l’auteure. Une histoire belle et forte, une jeune femme qui malgré les difficultés que la vie va mettre sur sa route, va rester digne. Marie, c’est ce que j’ai vraiment aimé chez elle et dans cette lecture, est une personne sans la moindre once de méchanceté, elle va accepter ce que le sort lui réserve, toujours avec cette simplicité et cette lucidité sur sa situation. Elle ne rêve pas à grand chose, juste à un bonheur classique. Pourtant et bien qu’elle ne soit pas entourée de mauvaises personnes, aucun d’entre eux ne parviendra à voir chez Marie la jeune personne aimante et aussi peut-être un peu naïve qu’elle est. Le lecteur s’attend à la voir se rebeller, se révolter des traitements qu’on lui réserve, il n’en est rien, elle vit au jour le jour et attend que les choses s’améliorent, elle est prête à tout pour ceux qu’elle affectionne. Cette histoire n’est pas faite de rebondissements en série, mais d’une telle authenticité, qu’elle donne cette impression de retour aux sources, à une époque où les besoins étaient simples et où le bonheur semblait plus accessible ou en tout cas plus facile d’accès: avoir un travail, la chance de mettre un enfant au monde, regarder le soleil se lever chaque matin et aider son prochain. Une lecture qui ramène aux choses simples, et qui même si elle parle d’une époque où tout n’était pas tout rose, donne à penser que c’était mieux avant.

Un retour au terroir enrichissant où l’on apprend quelle était la vie d’avant, les préoccupations, les rumeurs qui rendaient la vie impossible, les croyances infondées, les actes impardonnables mais aussi l’entraide entre voisins, les veillées au coin du feu… Un roman riche que j’ai dévoré, je suis triste de quitter Marie et tous les merveilleux personnages que Marie de Palet a mis dans ces lignes, merci à elle et merci aux éditions De Borée, pour cette belle parenthèse.

Voici ma chronique sur Le pré d’Anna, una utre très beau roman de l’auteure:

https://livresque78.wordpress.com/2018/06/06/le-pre-danna-de-marie-de-palet/

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s